Kinshasa botanical garden

I went to check out the botanical gardens of Kinshasa (Jardin Botanique de Kinshasa) (Google Maps link) today. It is one of the only remaining green spaces in Kinshasa.

Some parts were well maintained but others seemed in need of care and a thorough clean-up.

I’m guessing the place, run by the ICCN or government conservation agency, doesn’t have enough funds to properly maintain the place.

A foreign visitor pays 2,5$ and a local pays 1$.

Their agronomists know a lot and can identify many trees and their uses.

There is even a 100 year old tree!

All in all, it is worth visiting even if it isn’t in great condition.

It has the potential of being a beautiful haven of peace in the city.

As you walk around the garden you hear the hawkers on the streets nearby screaming the products they are selling using low quality highly distorting speakers.

It is a bit of a shame to hear so much noise in such a green space. It doesn’t help that it is located near the largest market of the city, Zando.

There are lovers kissing on benches hidden behind bushes, girls photographing themselves, models posing and a big marquee for weddings donated by the World Bank.

I met the director of the garden, a woman with a botanical sciences background, in her air conditioned office. Luckily, there was power in her offices. It is not often the case, she admitted.

The garden needs more funds to hire the right manpower. She admits that in the local workforce there are more bureaucrats than field workers, which she needs more of. They have 80 people working in the garden, most of whom are very old.

I met two younger workers, a gardener and a female agronomist who were more than happy to show me around.

It is only 7 hectares of land but with 286 species of plants!

The garden is looking for sponsors to label their trees and anyone interested in funding and improve the space.

Feel free to go meet the team and ask what you can do to help!

Conservation in urban spaces is vital in a city like Kinshasa that is flooded with motorcycles and cars.

“In 1933, Fernand De Boeck Park (named after the district commissioner of Moyen-Congo at the time) was created in the capital of the Belgian Congo. Abandoned for several decades, the garden, which has more than 100 species of trees, was rehabilitated in the early 2000s thanks to a project supported by France, the European Union, IUCN, the National Botanical Garden of Belgium and the NGO Friends of Nature and Gardens, to host environmental education activities.” ICCN

En français

Je suis allé voir les jardins botaniques de Kinshasa (Jardin Botanique de Kinshasa) (lien Google Maps) aujourd’hui. C’est l’un des seuls espaces verts restants à Kinshasa.

Certaines parties étaient bien entretenues mais d’autres semblaient avoir besoin de soins et d’un nettoyage en profondeur.

Je suppose que l’endroit, géré par l’ICCN ou l’agence gouvernementale de conservation, n’a pas assez de fonds pour entretenir correctement l’endroit.

Un visiteur étranger paie 2,5$ et un local paie 1$.

Leurs agronomes en savent beaucoup et peuvent identifier de nombreux arbres et leurs utilisations.

Il y a même un arbre centenaire !

Dans l’ensemble, il vaut la peine d’être visité même s’il n’est pas en très bon état.

Il a le potentiel d’être un magnifique havre de paix dans la ville.

En vous promenant dans le jardin, vous entendez les colporteurs dans les rues voisines crier les produits qu’ils vendent en utilisant des haut-parleurs de mauvaise qualité à forte distorsion.

C’est un peu dommage d’entendre autant de bruit dans un espace aussi vert. Cela n’aide pas qu’il soit situé près du plus grand marché de la ville, Zando.

Il y a des amoureux qui s’embrassent sur des bancs cachés derrière des buissons, des filles qui se photographient, des mannequins qui posent et un grand chapiteau pour les mariages offert par la Banque mondiale.

J’ai rencontré la directrice du jardin, une femme ayant une formation en sciences botaniques, dans son bureau climatisé. Heureusement, il y avait du courant dans ses bureaux. Ce n’est pas souvent le cas, a-t-elle admis.

Le jardin a besoin de plus de fonds pour embaucher la bonne main-d’œuvre. Elle admet que dans la main-d’œuvre locale, il y a plus de bureaucrates que d’agents de terrain, dont elle a davantage besoin. Ils ont 80 personnes qui travaillent dans le jardin, dont la plupart sont très âgées.

J’ai rencontré deux jeunes travailleurs, un jardinier et une agronome qui étaient plus qu’heureux de me faire visiter.

C’est seulement 7 hectares de terrain mais avec 286 espèces de plantes !

Le jardin recherche des sponsors pour étiqueter leurs arbres et toute personne intéressée à financer et à améliorer l’espace.

N’hésitez pas à aller rencontrer l’équipe et demander ce que vous pouvez faire pour aider !

La conservation dans les espaces urbains est vitale dans une ville comme Kinshasa qui est inondée de motos et de voitures.

“En 1933 est créé le parc Fernand De Boeck (du nom du commissaire de District du Moyen-Congo de l’époque) dans la capitale du Congo belge. Laissé durant plusieurs décennies à l’abandon, le jardin qui compte plus des 100 espèces d’arbres a été réhabilité au début des années 2000 grâce à un projet soutenu par la France, l’Union européenne, l’UICN, le Jardin botanique national de Belgique et l’ONG les Amis de la nature et des jardins, pour héberger les activités d’éducation à l’environnement.” ICCN

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: